Actualités

Chaire de recherche du Canada en recherche-création en musique
Sophie Stévance, titulaire.

 

L’Institut du patrimoine culturel tient à souligner l’octroi d’une Chaire de recherche du Canada à Sophie Stévance, membre régulier de l’IPAC. En étudiant la nature interdisciplinaire et collaborative de la recherche-création, la Chaire du Canada en recherche-création en musique aura pour mission de mieux comprendre les interactions entre collaborateurs de recherche, dans le but d’établir un modèle de formation efficace dans ce domaine.

Pour plus de détails sur l’argumentaire des travaux de la chaire,
voir http://www.chairs-chaires.gc.ca/chairholders-titulaires/profile-fra.aspx?profileId=3481


logo Chaire Can

Notons de plus que des bourses de doctorat en recherche-création seront offertes par la Chaire à deux étudiants qui viendront travailler sous la direction de la titulaire dès septembre 2016.

Parallèlement à l’obtention de la chaire, Mme Stévance a aussi obtenu une subvention du Fonds des leaders John-R.-Evans pour l’installation du Laboratoire de recherche-création en musique et multimédia (LARCEM).

 

S.-Stevance-CRC

Depuis son entrée à l’IPAC, Sophie Stévance a entre autres coorganisé avec Serge Lacasse le colloque de l’IPAC intitulé « Célébrer les sigularités musicales du monde », qui était donné en ouverture de son école d’été 2014 Patrimoine artistiques de l’humanité. Elle poursuit des travaux approfondis sur la chanteuse Tanya Tagaq pour comprendre comment l’artiste a modifié certains paramètres de la forme traditionnelle du katajjaq et comment son art musical et scénique se situe par rapport aux discours identitaires et culturels de la génération émergente autocthone.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Colloque annuel de l’IPAC


L’Institut du patrimoine culturel et la CRC en patrimoine ethnologique présentent

un grand colloque international

 

Patrimoine culturel immatériel. Bilan et perspectives, 10 ans après l’entrée en vigueur de la convention de l’UNESCO.
Sous la direction et coordination de Laurier Turgeon.
DanseA
 
 
 
Du 19 au 22 mai 2016 au pavillon La Laurentienne.

 

L’inscription est obligatoire à l’adresse fsac2016acef.eventbrite.ca

Ce colloque propose 5 présentations de recherche-création, 6 séances plénières et 170 communications.
 
 
 
 
Tim-CurtisA

 


La conférence inaugurale sera donnée par Timothy Curtis, Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et Chef de la Section du patrimoine culturel immatériel à l’UNESCO.

Sa présentation s’intitule « Faire le bilan de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : une décennie après l’entrée en vigueur de la Convention ».
 
 
Programme complet

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

PATRIMOINE EN PARTAGE
Marteau

L’Institut du patrimoine culturel annonce la tenure d’une première activité de diffusion des savoirs patrimoniaux. Dans le cadre de sa nouvelle série « Patrimoine en partage », l’IPAC propose une rencontre avec un artisan porteur d’un savoir traditionnel. Vous êtes invités à venir rencontrer le tailleur de pierre Adrien Bobin dans son atelier de Saint-Jean, Île d’Orléans.

À l’occasion de cet atelier de cocréation, quatre étudiantes de l’IPAC vous feront entrer dans l’univers de cet artisan. Vous pourrez alors observez ses techniques, poser des questions et vous laisser guider par les étudiantes sur les traces de ce métier aux origines millénaires. Vous serez reçus par Catherine Charron, Sandrine Contant-Joannin, Maude Lavoie-Payeur et Évelyne Vincent.

Le samedi 7 mai 2016, 16 h
Atelier Trilobe
4619, chemin Royal

(anciennement 2090, ch. Royal)
Saint-Jean, Île d’Orléans

Fleuron-Beauport

Originaire de France, Adrien Bobin a débuté sa pratique de tailleur de pierre auprès d’un artisan de sa ville natale. Il a par la suite pris part au Tour de France des Compagnons du devoir durant quatre ans. Installé au Québec depuis 2012, il a travaillé notamment aux travaux de restauration du Parlement de Québec, à l’édifice Price du vieux Québec, ainsi que dans plusieurs églises.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Terrain patrimonial

1er Colloque étudiant de l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval

Le vendredi 1er avril 2016 de 10 h à 17 h, salle 5172, pav. Charles-de-Koninck.

Invité spécial : Nezar Alsayyad, professeur à l’Université de Californie à Berkeley,
qui prononcera une conférence intitulée « Consuming Heritage and the End of Tradition:
from the Vernacular to the Global ».
La conférence sera donnée à 11 h 30 dans cette même salle.

Programme du colloque

Potier-Guellala

 

 

L’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval a le plaisir d’annoncer la tenue de la première édition de son Colloque étudiant qui se déroulera sous le thème Terrain patrimonial.

 

 

Le terrain constitue un élément décisif dans le cheminement d’une recherche. Quand on évoque le terrain, on pense traditionnellement à la fréquentation longue et intime d’une population lointaine. Cette notion a évolué et le terrain est maintenant loin de cette idée d’entité culturelle isolée, identifiable et singulière (primitivisme, le bon Sauvage, etc.). Comment considérer l’éclatement de la définition réductionniste du terrain vers une multiplicité de contextes, notamment grâce aux études sur le patrimoine qui connaissent aujourd’hui une effervescence particulière ? Le contexte du terrain, ses contraintes, les rencontres réalisées et les pratiques engagées pour colliger des données ne sont que quelques points du processus de recherche qui soulèvent des questions. C’est sur ces considérations que nous invitons les étudiants diplômés, les jeunes chercheurs et professionnels à présenter des réflexions basées sur leur terrain en lien avec le patrimoine.

 

Place-Royale

 

Le terrain est imprévisible sous bien des aspects. Quelle est la part de l’induction et de la déduction dans le cadre d’une recherche universitaire ou institutionnelle ? Quelles contraintes se révèlent sur le terrain, quels ajustements sont proposés, quelles solutions pratiques ou théoriques trouvées ? Comment les choix qu’on doit faire, depuis la préparation du terrain en passant par sa réalisation et allant jusqu’à l’analyse, sont-ils négociés ? À qui et à quoi donner de l’importance ? L’effort réflexif du chercheur porte sur le comment et le pourquoi du processus de collecte et d’analyse des données. Il attire également l’attention sur le rapport du chercheur à son terrain. Quelles sont, par exemple, les conséquences d’une identification du chercheur avec son terrain ? Comment se positionne-t-il ? On peut alors se demander comment réaliser une recherche empirique si les contraintes éthiques institutionnelles et les attentes des informateurs sont incompatibles ?

Ce ne sont que quelques-unes des questions que la réalisation d’une recherche de terrain LeoganeAamène. Les communications peuvent en aborder d’autres, que les approches soient théoriques ou pratiques. Quel que soit le stade de votre recherche de maîtrise ou de doctorat (collecte des données, analyse, rédaction, etc.), nous vous convions à nous faire part des stratégies que vous avez développées face aux écueils du terrain.

 

 

 

Bienvenue à tous les jeunes chercheurs en patrimoine !

 

Le Comité organisateur du 1er Colloque étudiant de l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval :

Gesa Bierwerth, étudiante au doctorat en ethnologie et patrimoine, UL

Mourad Boussetta, étudiant au doctorat en ethnologie et patrimoine, UL

Roseline Bouchard, étudiante à la maîtrise en ethnologie et patrimoine, UL

Catherine Charron, finissante au baccalauréat intégré en sciences historiques et patrimoniales, UL

 

Pour toute information supplémentaire, veuillez communiquer avec :

mourad.boussetta.1@ulaval.ca

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

École d’été internationale 2016 de l’Institut du patrimoine culturel
de l’Université Laval

 

Nouveaux musées, villes et tourisme
ETN-4002 (1er cycle) et ETN-7019 (2e et 3e cycle)

Sixième édition de l’école d’été de l’Institut du patrimoine culturel

Du 6 au 15 juin 2016
Université d’Alicante, Espagne

Habib Saidi, directeur de l’IPAC, professeur responsable

L’école d’été 2016 de l’IPAC est organisée conjointement par
l’Institut du patrimoine culturel et l’Université d’Alicante, Espagne

 

La région de la côte est de l’Espagne connait présentement un essor culturel, touristique et urbanistique à la suite des changements majeurs qui ont marqué le pays durant les dernières années. La crise économique de 2008 a par exemple poussé les régions à diversifier leur offre en matière de tourisme patrimonial. S’en est suivi une mise en valeur de leur identité locale et la multiplication des activités patrimoniales et festives qui célèbrent cette identité. Le rayonnement international du Musée Guggenheim de Bilbao et le phénomène de barcelonisation qui a résulté de la réussite de Barcelone à s’imposer comme ville-musée incontournable en Europe ont aussi encouragé les collectivités à rénover des musées ou en construire de nouveaux en les présentant sous forme d’œuvres originales destinées à attirer de nouveaux touristes et à accueillir de grands évènements.

Dans cette perspective, le cours met l’accent sur le tournant entrepreneurial qui a façonné les dynamiques urbaines et les politiques muséales qui ont découlé de ces changements. D’où le double intérêt à porter aux musées exposés comme des monuments de par leur posture « starchitecturale » et aux villes transformées en musées à ciel ouvert et foisonnantes d’activités touristiques et patrimoniales.

Valence cite sciences

Objectifs et description de la formation
L’école d’été consiste en un cours intensif de 3 crédits et 45 heures réparties sur 10 jours du lundi 6 au mercredi 15 juin 2016, et précédé par des séances de préparation à l’Université Laval (les dates de ces séances seront annoncées ultérieurement). Il est destiné aux étudiants des 1er, 2e et 3e cycles universitaires. Il est aussi possible de s’inscrire à titre de stagiaire étudiant (étudiant québécois non inscrit à des crédits ou étudiant étranger) ou stagiaire professionnel. Le cours est donc ouvert aux professionnels des musées et du secteur patrimonial venant du Canada et de l’étranger.

À la fin du cours, les participant(e)s seront en mesure de :

1. Évaluer la place des musées dans les villes d’aujourd’hui, de même que leur rôle dans les politiques de développement dans les contextes de crise.
2. Envisager le binôme tourisme-patrimoine sous l’angle des nouvelles tendances d’innovation dans les domaines muséal et urbain en étudiant des projets réalisés ou en cours de réalisation dans les villes soumises à l’étude.
3. Explorer un nouveau terrain et s’ouvrir à d’autres milieux universitaires et professionnels dans le monde.
4. Élaborer une réflexion scientifique qui prend appui sur ce terrain.

 

Programmation
L’école d’été comprendra deux volets. Le premier est théorique et sera animé par le professeur du cours, avec la participation de conférenciers réputés en provenance du Québec, du Canada, de l’Espagne et d’autres pays du monde.
 Le deuxième est pratique et Alicante-museeamènera les étudiants à réaliser des études de terrain en partenariat avec les milieux universitaire, muséal et patrimonial de la région.

Les enseignements seront donnés en français.


Évaluation

Les étudiants inscrits au cours pour les crédits seront évalués. L’évaluation portera sur la participation aux ateliers, les travaux de terrain, la présentation d’une recherche avec bilan critique. Les étudiants de 2e et de 3e cycle seront évalués suivant des exigences spécifiques. Les stagiaires étudiants et professionnels qui ne souhaitent pas être évalués n’auront pas à remettre ce travail écrit.


Tarifs

Ce sont les frais de scolarité habituels pour les étudiants inscrits à un programme de l’Université Laval.
Les étudiants inscrits à un programme dans d’autres universités québécoises peuvent obtenir les crédits de ce cours grâce à une entente du Bureau de coopération interuniversitaire (autrefois CREPUQ).

Pour les stagiaires étudiants (québécois et étrangers) qui ne désirent pas obtenir les crédits du cours, un montant de 650$ est exigé.

Pour les stagiaires professionnels, un montant de 850$ est exigé.


Villena Tresor

Inscription
Les étudiants de l’Université Laval doivent au préalable vérifier auprès de leur directeur de programme que ce cours sera contributoire à leur programme. 
Pour réserver une place avant l’ouverture des inscriptions pour la session d’été, ils doivent envoyer un courriel à l’IPAC (ipac@ipac.ulaval.ca) mentionnant leur numéro de dossier et leur programme d’études. Nous les inscrirons nous-mêmes par la suite, dans la mesure des places disponibles. Ils recevront une confirmation de notre part. Après le 23 mars, ils devront s’inscrire eux-mêmes sur Capsule.

Les étudiants des autres universités québécoises doivent s’inscrire en ligne sur le site www.crepuq.qc.ca. Sur la page d’accueil, ils doivent cliquer sur « Autorisation d’études hors établissement », puis accéder au système en cliquant sur « Étudiant ou étudiante ».

Les stagiaires étudiants et professionnels doivent s’inscrire par courriel en ayant soin de joindre un court C.V. Ils devront faire parvenir au bureau de l’IPAC un chèque à l’ordre de l’Université Laval pour le montant qui s’applique.

Le nombre de places est limité.


Logement et séjour

Tous les frais de séjour sont à la charge des participants. Nos partenaires espagnols offrent aux étudiants participants du logement sur le site de l’école d’été au tarif extrêmement avantageux de 5 euros par jour par personne. Il leur restera à payer leurs repas et le billet d’avion.
Une aide financière sera aussi offerte pour les frais de transport aérien.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Séminaire de l’IPAC – Hiver 2016                                                            

Valorisation et ouverture du patrimoine scientifique :
les nouveaux enjeux de la communication des savoirs
dans les pays du Sud et du Nord

Séminaire de 2e et 3e cycle, Hiver 2016
Professeure : Florence Piron
Les rencontres se tiendront le mardi à 12 h 30 modification : à 15 h 30.

 

GPL-7902 : 3 crédits (NRC : 16882)  ou  GPL-7903 : 6 crédits (NRC : 16883)

 

Carte-recherche


L’importance de la recherche scientifique dans l’économie du savoir et dans la prise de décision publique n’est plus à démontrer, même si elle suscite de nombreuses controverses. Cette forme de valorisation du patrimoine scientifique en réserve toutefois l’accès à certains publics : les experts, les décideurs et l’industrie, surtout dans les pays du Nord. De plus, elle en exclut les savoirs locaux, traditionnels, expérientiels, en somme le patrimoine immatériel, ainsi que les savoirs formulés dans une langue autre que l’anglais, au profit d’une science très standardisée et centralisée dans les pays anglo-saxons.

logo_libre-acces

Est-il possible d’ouvrir ce patrimoine à des publics autres, notamment la société civile, et d’améliorer la participation des chercheurs du Sud ?

Quel rôle les technologies numériques peuvent-elles jouer dans cette ouverture ?

Comment comprendre et analyser ces nouveaux enjeux de la communication scientifique, notamment dans les pays du Sud ?

Les personnes inscrites participeront à la création d’une Formation en ligne ouverte à tous (ou MOOC : Massive Online Open Course), à la création de réseaux et de revues scientifiques en ligne dans les pays francophones du Sud et du Nord et produiront un article scientifique ou de vulgarisation.

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Conférences de l’IPAC 2015-2016 (novembre 2015)

 

En collaboration avec le Département de langues, linguistique et traduction, l’IPAC présente

 

Drapeau-BretagneA

 

La langue bretonne, de la tradition à la modernité…
de l’oralité aux réseaux socionumériques

 

 

 

une conférence de Jean-François Blanchard,
Équipe de recherche sur les minorités nationales et les ethnicités, Université de Rennes 2

 

 

 

Carte-BretagneA

 

 

« Langue menacée » selon l’UNESCO, la langue bretonne est, dans ces premières décennies du XXIe siècle, confrontée à des enjeux vitaux. Après avoir rappelé les origines du breton et son histoire sociale, le conférencier présentera les différents facteurs qui interagissent pour construire le devenir de cette langue. Ainsi, la situation linguistique présente du breton et les conditions de son avenir seront analysées en prenant en compte, tout à la fois, les pratiques langagières autour du lien social, les représentations de la langue et les conditions de son institutionnalisation dans un monde globalisé, en particulier par l’intermédiaire des réseaux numériques.

Jean-François Blanchard travaille sur le breton et les langues minoritaires. Il s’intéresse notamment aux formes sociales et aux positions d’affirmation identitaire valorisées par les réseaux socionumériques.

 

 

 

 

 

Le mercredi 18 novembre 2015 de 12 h 30 à 14 h 30
pavillon Charles-de-Koninck, salle 2E
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Heureuses suites d’un projet implanté par l’IPAC à Saint-Jean-Port-Joli

 

 

Prix-SJPJ-A

 

 

 

Lors du World Travel Market tenu récemment à Londres, Saint-Jean-Port-Joli a été nommée Best Creative Destination 2015 à l’issue de la deuxième édition des Creative Tourism Awards décernés par le Creative Tourism Network de Barcelone.

 

 

 

 

 

 

 

On se souviendra que l’édition 2013 de l’école d’été de l’Institut du patrimoine culturel se tenait au Musée de la mémoire vivante de Saint-Jean-Port-Joli sous le thème du tourisme créatif. À cette occasion, les étudiants inscrits au cours donné par Habib Saidi, directeur de l’IPAC, avaient mis à l’essai cette nouvelle forme de tourisme en compagnie des artistes et artisans de la région.


La communauté et l’Office du tourisme de la MRC de l’Islet se sont appropriés cette expérience concluante et l’ont développée sous forme d’une offre de tourisme créatif dotée d’une identité visuelle et affiliée au Creative Tourism Network. Après seulement une année d’opération, nul doute que cette reconnaissance permettra une diffusion encore plus étendue des qualités uniques de Saint-Jean-Port-Joli village créatif.

 

 

Prix-Iles-de-la-Mad-A

Il convient aussi de souligner la reconnaissance obtenue lors de cet événement par Tourisme Îles de la Madeleine, qui a reçu le prix Best Strategy for Creative Tourism Development 2015. Cet organisme est en voie d’implanter dans son milieu une offre de tourisme créatif en partenariat avec l’IPAC et son directeur.

 

L’IPAC félicite ses partenaires de Saint-Jean-Port-Joli et des Îles de la Madeleine.

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Activités de l’IPAC sur le patrimoine vivant (novembre 2015)
Récital commenté de chants populaires italiens de la Première guerre mondiale     Chants-italien-1

 

MIGRANTI, DISERTORI E CANTASTORIE               
Il canto popolare e la Grande guerra

 

Présenté par Francesco Benozzo et Fabio Bonvicini,
chant, harpe celtique, flûte, harmonica

 

Chants-italiens-2
Ces deux artistes de réputation internationale révèlent avec grande sensibilité un patrimoine culturel encore méconnu. Témoignage d’une époque, ces chants libertaires italiens offrent une réflexion pertinente pour notre temps, où émergent la nostalgie, la révolte et l’amours de la vie.

 

Le professeur Renéo Lukic, spécialiste de cette époque, proposera une mise en contexte historique de ce patrimoine.

 

Le vendredi 6 novembre 2015 à 19 h 00
Bibliothèque Monique-Corriveau (salle multimédia)
1100, route de l’Église
Entrée libre

 

Organisé par Zélie Guével (IPAC) et Eleonora Nicolosi, doctorante en histoire, avec le soutien de la Société Dante, l’IPAC, l’Institut culturel italien
de Montréal et le groupe Performigrations.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Conférences de l’IPAC 2015-2016 (octobre 2015)

 

En collaboration avec le Centre de la francophonie des Amériques, l’IPAC présente

R. GovainA

 

Le français haïtien : une contribution        Dict.-creoleA
au patrimoine linguistique du français

 

 

une conférence de Renauld Govain,
professeur à l’Université d’État d’Haïti

 


Le mercredi 21 octobre de 12 h 30 à 15 h 20                              

salle 1D du pavillon Charles-de-Koninck

Le français est un patrimoine universel qui assure la communication entre plus de 270 millions de locuteurs. Il est aussi l’expression de cultures et d’expériences diverses, qui font la richesse de la Francophonie. Le français haïtien,
caractérisé par des traits de prononciation et des particularités lexico-sémantiques, participe à la vitalité de ce patrimoine.

Cette activité sera précédée par une conférence grand public

La francophonie haïtienne et la diffusion du français                             

Le vendredi 16 octobre de 19 h à 21 h

Bibliothèque Monique-Corriveau, 1100, route de l’Église, Québec

Entrée libre

Logo-CFA

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Première activité de l’IPAC pour l’année 2015-2016 (septembre 2015)

L’IPAC vous convie à une soirée spéciale sur La Commedia dell’arte,
Comedia-1patrimoine culturel vivant

 

La ridiculosa commedia della terra contesa                 

présenté par la troupe italienne I Nuovi Scalzi

 

 

La pièce évoque le Défi de 1503 à Barletta et montre la lutte, toujours actuelle, entre les grands et les petits de ce monde. Jouée en italien avec un peu d’espagnol, de français et un fin dosage de langage inventé, elle s’annonce comme un spectacle divertissant pour tous où se côtoient jeu corporel, mimes et masques.

 

Comedia-1
Une période d’échanges en français avec les comédiens suivra
et sera animée par Zélie Guével (IPAC et Société Dante).

 

   Le vendredi 18 septembre 2015 à 19h00

   Bibliothèque Monique-Corriveau (salle multimédia)

   1100, route de l’Église, Québec
   Entrée libre

 

Organisé par la Société Dante de Québec en collaboration avec l’Institut du patrimoine culturel de l’Université
Laval, le Département des littératures de l’Université Laval et l’Institut culturel italien de Montréal.

 

__________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Lancement de la phase 2 de l’application Découvrir QuébecDécouvrir Qc 2

 

Le 10 septembre dernier avait lieu le lancement de la phase 2 de  l’application mobile « Découvrir Québec » développée par la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique de l’Université Laval, dirigée par Laurier Turgeon, membre de l’IPAC.

Cette phase porte sur les quartiers Saint-Jean-Baptiste et Expocité à Québec et vient compléter la phase 1 qui traite du Vieux-Québec et du quartier Saint-Roch. Elle ajoute des dizaines de nouvelles vidéos, images anciennes, points d’intérêts, visites virtuelles et animations à propres à ces nouveaux secteurs.

En plus d’ajouter deux autres quartiers de Québec dans les itinéraires proposés, cette nouvelle mouture de l’application comporte les nouveautés suivantes :
– ajout d’un moteur de recherche
– reconstitution 3D présentant l’évolution du site du Château Frontenac
– plus de 300 contenus liés à l’art public, aux plaques commémoratives et aux épigraphes.
Au total, l’application mobile compte maintenant plus de 500 images anciennes, 132 points d’intérêt, 42 témoignages audio, 70 vidéos, 33 objets d’exception, 17 visites virtuelles et 5 animations 3D.​​

Depuis son lancement en septembre 2013, « Découvrir Québec » a remporté plusieurs prix et nominations, dont le prix Visionnary au Summit Emmerging Media Awards 2013 et le titre de finaliste aux Prix Numix 2014, OCTAS 2014, Museums and the Web 2015. À ce jour, l’application a été téléchargée plus de 22 500 fois.


 


____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Première conférence de l’IPAC pour 2015-2016 (septembre 2015)

 

Dans le cadre de la chaire mobile conjointe CELAT-IPAC, Dominique Poulot, professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, donnera une conférence intitulée

 

Le patrimoine religieux en France : histoire et enjeux

Notre-Dame

 

 

 

M. Poulot dressera le tableau des relations complexes qu’entretient ce patrimoine avec l’identité, la laïcité et la mémoire. Il montrera comment l’inculture religieuse et l’émergence de confessions nouvelles tendent à bouleverser les manières d’envisager le patrimoine chrétien.

 

Le mercredi 23 septembre 2015 de 12h30 à 15h00
salle 5172, pavillon Charles-de-Koninck

Arrivez tôt pour vous assurer une place !

 

 

 

__________________________________________________________________________________________________________________________________

 

École d’été internationale 2015 de l’Institut du patrimoine culturel
de l’Université Laval

 

Tourisme et patrimoine
ETN-3001 (1er cycle) et ETN-7018 (2e et 3e cycle)

Cinquième édition de l’école d’été de l’Institut du patrimoine culturel

Du 25 au 31 mai 2015
Centre international de Gandia, Université de Valence, Espagne

Habib Saidi, directeur de l’IPAC, professeur responsable

L’école d’été 2015 de l’IPAC est organisée conjointement par
l’Institut du patrimoine culturel et l’Université de Valence, Espagne

 

L’École d’été internationale de l’IPAC poursuivra cette année son exploration des nouvelles tendances et pratiques qui caractérisent les interactions du binôme tourisme-patrimoine. Dans la foulée des quatre éditions précédentes qui ont porté sur des thèmes novateurs tels le patrimoine et les nouvelles technologies, les itinéraires culturels et les parcours patrimoniaux, le tourisme créatif et la mise en réseau d’artistes et artisans, cette nouvelle édition de l’École d’été Tourisme et Patrimoine sera consacrée à un nouveau thème d’actualité et de grand intérêt scientifique et économique à l’échelle locale et globale : le patrimoine agraire et ses déclinaisons touristiques comme l’agrotourisme, l’écotourisme, le tourisme vert, le tourisme rural et le tourisme culinaire.

Ce thème est d’autant plus important qu’il s’inscrit dans le double tournant expérientiel et environnementaliste qui façonne les pratiques touristiques et la production du patrimoine. Dans le premier cas, il faut noter que le profil modèle du touriste d’aujourd’hui est celui d’un visiteur convivial et intime, qui cherche à vivre des expériences authentiques et à être en contact direct avec la communauté locale et son mode de vie au quotidien. Dans le deuxième cas, il convient de rappeler la présence de plus en plus marquée de nouveaux produits patrimoniaux qui trouvent ancrage dans les traditions ancestrales de gestion de l’environnement. Citons, à titre d’exemple, les techniques traditionnelles d’irrigation, les systèmes anciens de préservation de la biodiversité agricole, les pratiques et procédés de gestion et de distribution équitable des eaux, la transmission intergénérationnelle des recettes culinaires, etc.

L’étude du patrimoine agraire et de ses implications touristiques prendra appui sur l’investigation de tels éléments à travers l’exploration d’un terrain nouveau et riche en la matière, à savoir la région de Valence en Espagne. Entourée de champs fruitiers, de plantations et de réserves aquatiques parmi les plus riches en Europe, Valence incarne le modèle d’une cité-jardin où la ville s’étend dans la campagne et la campagne se loge dans la ville. Son ouverture à la Méditerranée l’a prédisposée à abriter les grandes civilisations qui ont marqué cette région, et à constituer au fil du temps un creuset des traditions et des patrimoines agricoles vivants hérités de l’antiquité ou de l’époque arabe, tels le tribunal des eaux, les techniques d’irrigation par les sequias, les méthodes de pression pour extraire l’huile d’olive, et d’autres patrimoines semblables qui seront étudiés dans le cadre de cette école d’été. De plus, le fait que Valence soit située entre deux destinations touristiques attirant des millions de touristes, à savoir les deux régions de Barcelone et d’Alicante, a fait d’elle une zone tampon qui contraste avec ces deux destinations en offrant des produis touristiques alternatifs, notamment ceux provenant de la nature et de l’agriculture.

 

FouloirAFourA

 

Objectifs et description de la formation

L’école d’été consiste en un cours intensif de 3 crédits et 45 heures réparties sur 7 jours du lundi 25 au dimanche 31 mai 2015, et précédé par des séances de préparation à l’Université Laval (les dates de ces séances seront annoncées ultérieurement). Il est destiné aux étudiants des 1er, 2e et 3e cycles universitaires. Il est aussi possible de s’inscrire à titre de stagiaire étudiant (étudiant québécois non inscrit à des crédits ou étudiant étranger) ou stagiaire professionnel. Le cours est donc ouvert aux professionnels du tourisme et du patrimoine du secteur public et privé venant du Canada et de l’étranger. Tous les enseignements seront dispensés en français.
À la fin du cours, les participant(e)s seront en mesure de :
1.   Évaluer l’importance du tourisme et du patrimoine à l’échelle locale et globale.
2.   Comprendre et analyser les interactions du couple tourisme/patrimoine à la lumière des changements qui façonnent le monde.
3.   Réfléchir aux problèmes liés aux phénomènes de patrimonialisation et de touristification.

 

Programmation

L’école d’été comprendra deux volets. Le premier est théorique et sera animé par le professeur du cours, avec la participation de conférenciers réputés en provenance du Québec, du Canada, de l’Espagne et d’autres pays du monde. Les cours auront lieu au Centre international de Gandia de l’Université de Valence.
Le deuxième est pratique et comprend des ateliers et des travaux de terrain. Ceux-ci porteront cette année sur le thème du patrimoine agraire et de l’agrotourisme. Les étudiant(e)s seront ainsi appelé(e)s à effectuer des enquêtes par l’observation dans le cadre de visites qui auront lieu dans des destinations et des sites consacrés à ce patrimoine.

Les enseignements seront donnés en français.

Évaluation

Les étudiants inscrits au cours pour les crédits seront évalués. L’évaluation portera sur la participation aux ateliers, les travaux de terrain, la présentation d’une recherche avec bilan critique. Les étudiants de 2e et de 3e cycle seront évalués suivant des exigences spécifiques. Les stagiaires étudiants et professionnels qui ne souhaitent pas être évalués n’auront pas à remettre ce travail écrit.

Tarifs

Ce sont les frais de scolarité habituels pour les étudiants inscrits à l’Université Laval et pour ceux inscrits dans d’autres universités québécoises, grâce à une entente du Bureau de coopération interuniversitaire (autrefois CREPUQ).
Pour les stagiaires étudiants (québécois et étrangers), un montant de 650$ est exigé.
Pour les stagiaires professionnels, un montant de 850$ est exigé.

Inscription

Les étudiants de l’Université Laval doivent s’inscrire sur Capsule. Mais ils doivent au préalable vérifier auprès de leur directeur de programme que ce cours sera contributoire à leur programme.
Les étudiants des autres universités québécoises peuvent s’inscrire dans leur propre institution grâce à l’entente du Bureau de coopération interuniversitaire.
Les stagiaires étudiants et professionnels doivent s’inscrire par courriel en ayant soin de joindre un court C.V. Ils devront faire parvenir au bureau de l’IPAC avant le 15 avril 2015 un chèque à l’ordre de l’Université Laval pour le montant qui s’applique.

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Colloque annuel de l’IPAC (mai 2015)
RecolletsA

L’année 2015 marque le 400e anniversaire de l’arrivée des Récollets à Québec. Présents dans la colonie canadienne depuis les premières années de sa fondation jusqu’à la fin du Régime français, ces religieux ont profondément marqué l’histoire de l’Amérique française. L’Institut du Patrimoine Culturel de l’Université Laval, en collaboration avec l’Academy of American Franciscan History, tient à commémorer cet événement d’importance en présentant un colloque international qui se tiendra du 11 au 13 juin 2015 dans les locaux de l’École d’architecture de l’Université Laval (2, côte de la Fabrique), sous la direction du professeur Paul-André Dubois, membre de l’IPAC.

 

Consulter le programme

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Nouveaux membres à l’IPAC (avril 2015)

 

L’équipe de l’IPAC gagne en qualité et en quantité puisque 3 professeurs se sont joints à l’Institut du patrimoine culturel cette année. Portrait de ces nouveaux membres.

 

 M. Blais.jpg

 

Myriam Blais est professeur à l’École d’architecture de la Faculté
d’aménagement, d’architecture et de design. Ses recherches portent principalement sur l’habitation, les théories et les philosophies de la représentation de même que sur le rôle poétique de la technologie en architecture. Elle entend aussi faire profiter ses collègues de ses travaux touchant l’habitation des communautés inuit du Nunavik.

 

 

 

 

F. Dufaux web.jpg

 


François Dufaux
est professeur à l’École d’architecture de la Faculté d’aménagement, d’architecture et de design. Ses travaux portent entre autres sur la sauvegarde et l’adaptation du patrimoine architectural, qu’il soit monumental ou vernaculaire. Il poursuit également une réflexion sur la question identitaire et le sens du legs historique par une étude des valeurs immatérielles qui sous-tendent la producton de l’environnement bâti.

 

 

 

Z. Guevel web.jpg


Zélie Guével
est professeur au Département de langues, linguistique et
traduction de la Faculté les lettres et des sciences humaines. Ses réalisations touchent à une diversité de facettes de la linguistique en interaction avec la société, comme la promotion de la diversité et du pluralisme ou la préservation des patrimoines culturels. Elle a aussi à son actif des travaux de traduction et de terminologie visant la valorisation du patrimoine linguistique francophone.

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Conférences de l’IPAC 2014-2015 (avril 2015)

 

L’IPAC reçoit Tomaso Montanari,
professeur à l’Université Federico II de Naples

 

dans une conférence intitulée

 

L.-FabroAPrivés du patrimoine : mécènes, commanditaires
et financement populaire en Italie au temps de la mort de l’État

Depuis vingt ans, la politique italienne sur le patrimoine tourne autour d’un conflit entre le public et le privé. Ce conflit a été résolu en laissant les pertes à la société (un patrimoine en ruines), et les bénéfices au privé : les fondations se sont substituées aux administrateurs élus et drainent l’argent public afin de se créer une clientèle privée. Mais que signifie concrètement la valorisation, ou plutôt la privatisation du patrimoine ? Il serait néfaste de détruire le modèle de gestion publique du patrimoine. Si les aliénations et la commandite en viennent à faire perdre à l’art sa fonction publique, nous finirons tous avec moins de liberté, d’égalité et de démocratie.

La conférence sera donnée jeudi le 9 avril 2015 à 11h30
au pavillon Charles-de-Koninck, salle 3136

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Conférences de l’IPAC 2014-2015 (mars 2015)

 

 

L’IPAC reçoit Olivier Mongin,
philosophe et directeur de la revue Esprit

 

dans une conférence intitulée                                                                                        Rire-RougeA

 

Rire, ou comment faire communauté ?                                            

Rire n’est pas une affaire anodine, l’éclat de rire est un réflexe spontané, en effet le rire engage
le corps individuel mais aussi le corps collectif. Si la liberté d’expression est une exigence, sa
défense n’empêche pas de s’interroger sur les manière de rire et de faire rire. Rire se décline
toujours à plusieurs : il y a le faiseur de rire, celui dont on rit et le destinataire,  à savoir un public.
Le grand comique Dario Fo le rappelait après les événements qui ont troublé la France et
le Danemark en ce début de l’année 2015. Ce n’est donc pas un hasard si le rire navigue entre
la violence et la joie, s’il pèse sur la manière de vivre ensemble, ce qui n’est pas sans faire écho
à nos patrimoines et identités.

 

 

 

La conférence sera donnée mardi le 31 mars 2015 à 11h30
au pavillon Charles-de-Koninck, salle 5172

 rire_052A

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Conférences de l’IPAC 2014-2015 (mars 2015)

 

L’IPAC reçoit Dean McCannell,
professeur émérite à l’Université de Californie à Davis

Mona-LisaA

dans une conférence intitulée

What is a heritage thing?                    
conférence donnée en anglais

À partir d’une lecture révisionniste du concept de volonté générale de Jean-Jacques Rousseau, cette conférence étudie
la base fondamentale sur laquelle on peut s’appuyer pour désigner un objet comme étant digne
de préservation et exemplaire du patrimoine de l’Humanité. Cette interprétation amène à penser
que l’usage mondialement répandu des objets patrimoniaux comme attractions touristiques est en voie de produire
un nouveau patrimoine commun. À l’heure où le capitalisme et la démocratie étendent leurs sphères d’influence,
ces objets les plus prisés au monde que sont les biens patrimoniaux sont de plus en plus mis à l’écart des échanges
économiques ou interdits d’entrée sur le marché.

Manuscrit

Ile-VerteA

 

 

 

La conférence sera donnée mercredi le 25 mars 2015 à 15h00
au pavillon Charles-de-Koninck, salle 5172

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

Conférences de l’IPAC 2014-2015 (février 2015)

 

L’IPAC reçoit Xiaohong Chen,
professeur à l’Université normale du Hunan

dans une conférence intitulée

Patrimoine immatériel et minorités en Chine

 

MIAO

 

La Chine compte 56 minorités ethniques qui contribuent à la richesse et la diversité de son patrimoine. Dans cette conférence, Mme Chen nous entretiendra des deux groupes minoritaires les plus représentatifs de la province du Hunan. Il sera question des rites et festivités, des traditions orales, des arts du spectacle traditionnels, ainsi que de « l’écriture des femmes » (nüshu), une pratique unique au monde.

 

La conférence sera donnée le mercredi 11 février 2015 à 12h30
au pavillon Charles-de-Koninck, salle 5172

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Séminaire de l’IPAC – Hiver 2015                                                            SauteurChinoisA

 

Le patrimoine culturel de la Chine                                            

Professeur : Shenwen Li

Séminaire de 2e et 3e cycle, Hiver 2015

GPL-7902 : 3 crédits (NRC : 16882)  ou  GPL-7903 : 6 crédits (NRC : 16883)                

 

 

Objectifs

Ce cours permettra aux étudiants

1. de réfléchir sur la conception occidentale de la notion de patrimoine par l’étude d’un patrimoine d’une culture exotique à la société occidentale ;

2. d’acquérir des connaissances essentielles sur le patrimoine culturel d’une des plus grandes civilisations de l’humanité ;

3. de réaliser une recherche originale en portant un regard critique sur un objet culturel extérieur à sa propre culture.

 

Contenu

Comptant parmi les plus anciennes civilisations du monde, la Chine abrite un patrimoine culturel extrêmement riche et diversifié et dont les origines remontent à plus de quatre mille ans. La communauté internationale a reconnu 47 sites sur le territoire de la Chine en les classant dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, parmi lesquels se trouvent la fameuse Grande Muraille, le Palais impérial à Beijing, le Grand Canal, le Mausolée du premier empereur Qin, les Grottes de Yungang, le Temple et le Cimetière de Confucius et la résidence de la famille Kong à Qufu. La société occidentale connaît aussi plusieurs expressions de cette culture amenées par des voyageurs, des marchands, des missionnaires, ainsi que par des Chinois de passage ou vivant à l’étranger. Ils ont introduit différentes pratiques traditionnelles originales qui sont maintenant bien intégrées : acupuncture et moxibustion de la médecine traditionnelle, calligraphie chinoise, taijiquan (« boxe du faîte suprême »), découpage du papier chinois, festival du Bateau-Dragon et plusieurs autres.

Ce séminaire amènera les étudiants à s’interroger sur les notions de patrimoine, de patrimoine culturel, de patrimoine matériel et immatériel, aussi bien dans une perception occidentale que dans un regard chinois. Il proposera ensuite une exploration des différents aspects de ce riche patrimoine culturel chinois : le nombre et l’état actuel des sites patrimoniaux en Chine, les aspects matériels et immatériels des traditions confucianiste, bouddhiste et taoïste millénaires, l’impact du développement économique de la Chine sur son patrimoine culturel et naturel ainsi que la politique du patrimoine.

 

Opéra-PekinATempleA

 

 

 

Fonctionnement

La participation des étudiants est centrale. En plus des exposés magistraux présentés par le professeur, des tables rondes où sont réunis étudiants et spécialistes permettront un dialogue formateur. Des rencontres individuelles avec le professeur permettront aux étudiants de faire le point sur leur travail final.

 

Évaluation

Élaboration du projet de recherche : 20% 

Travail long : 50% 

Présentation oral du travail long : 15%

Participation : 15%

 

Bibliographie

Une bibliographie sera remise avec le plan de cours. Selon les règles de l’Université Laval, jusqu’à 20% des points peuvent être perdus pour des manquements à la grammaire française. De plus, comme il n’est toléré aucune forme de copie ou d’emprunt de l’oeuvre d’autrui, les étudiants doivent citer leurs sources.

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Le directeur de l’IPAC en conférence à Abu Dhabi (décembre 2014)

 

Oasis-ConferenceA

 

Le directeur de l’IPAC, M. Habib Saidi, prononcait une
conférence dans le cadre du colloque international
The oasis: eco-systems and their value for Heritage and
Tourism. Cet événement se tenait à l’Université Paris-Sorbonne à Abu Dhabi les 17 et 18 décembre 2014. Il était organisé par l’Abu Dhabi Tourism & Culture Authority, l’Université Paris-Sorbonne à Abu Dhabi et l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval.

 

 

 

 

Résumé de la présentation de M. Saidi

The oasis Heritage in the Era of Cultural and Creative tourism
This paper will explore the oasis universe from an interdisciplinary and multidisciplinary perspective focusing on its diverse héritage and its potential for tourism, one that is harmonious and sustainable. The ami is to rely on the diversity and comlexity of this universe to get to work and discuss an innovative concept of heritage, defined as a holistic  and comprehensive system of life involving physical dimensions, the intangible natural and symbolic legacy of the past as revisited in the present and projected in the future. The talk will also present multiple opportunities for the development of an alternative and responsible kind of tourism either by the establishment of new tourism products such as agro-tourism, eco-tourism, cultural and creative tourism or by re-introducing «traditional» forms of travel and tourism such as the winter and summer rihla once undertaken in the Arabian peninsula as a form of seasonal travel.

 

Programme complet

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Conférences de l’IPAC 2014-2015 (novembre 2014)

 

L’IPAC reçoit l’égyptologue français Pierre Tallet

SuezA

 

 

L’Institut du patrimoine culturel annonce la venue de Pierre Tallet, archéologue et maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne. Il donnera deux conférences à l’invitation de l’IPAC.
La première conférence sera donnée le jeudi 20 novembre à 19h à l’Îlot des Palais, 8, rue Vallière à Québec. Dans Boire et manger en Égypte ancienne, M. Tallet nous dressera un tableau des pratiques alimentaires à l’époque pharaonique qu’il a pu dévoiler à partir de ses travaux archéologiques dans la vallée du Nil.
La deuxième conférence sera donnée le vendredi 21 novembre à 11h30 à l’Université Laval, pavillon Charles-de-Koninck, salle 1A. Dans La mer Rouge à l’époque pharaonique, il fera le bilan des plus récentes avancées qu’ont permis les fouilles sur les divers sites archéologiques le long du golfe de Suez.

 

Boire et manger en Égypte ancienne
Celui qui visite aujourd’hui la vallée du Nil peut parfois être frappé par une fausse impression de permanence — les mêmes paysans, travaillant les mêmes terres qu’à l’époque pharaonique, la même nourriture que dans l’Antiquité… Mais en réalité, tout a changé, des méthodes de culture aux espèces cultivées, et la diète de l’Égyptien moderne n’a pas grand chose à voir avec l’alimentation de son homologue à l’époque pharaonique. Cette conférence fera le point sur ce que l’on sait de l’alimentation égyptienne ancienne en présentant les sources qui sont à l’heure actuelle disponibles l’étudier.

VinA

 

 

 

La mer Rouge à l’époque pharaonique
La découverte de plusieurs sites archéologiques sur différents points du littoral de la mer Rouge permet maintenant d’entrevoir le rôle important joué par cette côte à l’époque pharaonique. Pour se procurer les matières premières dont il avait besoin, l’État égyptien envoyait en effet à intervalles réguliers des expéditions vers des régions éloignées de la vallée du Nil. Deux de ces destinations pouvaient être atteintes par voie maritime : le sud de la péninsule du Sinaï, où des mines de cuivre et de turquoise étaient exploitées, et l’énigmatiques pays de Pount, traditionnel pourvoyeur des Égyptiens en myrrhe et en encens.

PainA

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Conférences de l’IPAC 2014-2015 (novembre 2014)

 

Heritage, Ancient and Modern: Patrimony, « Rubbish » and Rewards

Nelson Graburn, Université de Californie à Berkeley

 

 

L’Institut du patrimoine culturel présente une conférence de Nelson Graburn, professeur émérite d’anthropologie et membre du Tourism Studies Working Group de l’Université de Californie à Berkeley, qui sera donnée le mardi 4 novembre 2014 à 15h30 au pavillon Charles-de-Koninck, salle 1289. Cette conférence présentée en anglais étudie quelques aspects du concept de patrimoine. L’évolution récente de cette notion suit de près celle du concept de culture en anthropologie. On constate ainsi que les nouvelles manières de construire le monde matériel et immatériel reposent plus sur les effets de la globalisation que sur l’héritage patrimonial.

GraburnA

 

 

Une partie des racines du concept de patrimoine nous ramène aux lauriers des Grecs et des Romains, puis aux récompenses que recevaient les chevaliers médiévaux pour services rendus, suivis de nos jours par l’Ordre de la Légion d’Honneur en France ou la restauration en 1896 des Jeux olympiques de l’Antiquité. L’évolution récente de la notion de patrimoine suit de près celle du concept de culture en anthropologie. L’accélération de la vitesse des changements culturels a suscité une prise de conscience nouvelle du patrimoine, plus particulièrement dans des situations comme les pertes humaines du Japon durant la Deuxième guerre mondiale ou le communisme pénible de la Chine depuis la Révolution culturelle. Mais le patrimoine ne se résume pas à des prétentions politiques ou la défense d’idées. Il doit aussi être personnel et en lien avec la famille et l’éducation, avec les conceptions locales d’identité et d’altérité. La promotion commerciale et politique du patrimoine s’appuie sur des aspects personnels et nostalgiques pour la sélection, la gestion et la diffusion du « passé ». Mais la « propriété » du patrimoine est complexe et souvent contestée. Les éléments matériels et symboliques du passé sont acquis de leurs détenteurs par des gens cupides et créatifs (“Rubbish theory”), transférant richesse et puissance de la personne dépossédée vers ceux qui jouissent du succès que leur apporte l’élaboration de nouvelles manières de concevoir le monde matériel et immatériel, c’est-à-dire non par héritage patrimonial mais plutôt par les effets de la globalisation et de l’impérialisme culturel.

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Colloque de l’IPAC pour le 400e anniversaire de l’arrivée des Récollets en Amérique du Nord

Vue de Qc Franquelin 1699


Appel à communications (septembre 2014)

 

2015 marque le 400e anniversaire de l’arrivée des Franciscains à Québec. Présents dans la colonie canadienne jusqu’à la fin du Régime français et même au-delà, les Récollets, comme on les appelait en France, ont profondément influencé l’histoire du Canada et, plus largement, de l’Amérique française, de l’Acadie au Mississippi.

L’Institut du Patrimoine Culturel, en collaboration avec la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Laval, organise un colloque multidisciplinaire qui se tiendra à Québec du 11 au 13 juin 2015 pour commémorer cet événement.

Tous les sujets reliés aux Récollets (que ce soit en histoire, histoire de l’art, géographie, ethnologie, littérature ou en musicologie) seront pris en compte dans l’élaboration du programme final. Dans une perspective comparative, les conférences ayant trait aux missions franciscaines en Amérique espagnole (Texas, Nouveau Mexique, Californie, etc.) seront aussi considérées. De plus, les conférenciers anglophones pourront, s’ils le désirent, présenter leur communication dans leur langue.

Pour plus d’informations ou pour soumettre un résumé de communication, contacter aussitôt que possible :

 

Dr Paul-André Dubois

Institut du patrimoine culturel

Pavillon Charles-de Koninck, bureau 3225

Université Laval,

Québec, Canada G1K 7P4

Téléphone : 418 656-2131 poste 14090

Paul-Andre.Dubois@hst.ulaval.ca

 

Image sur cette page : Veue de Quebec, Jean-Baptiste-Louis Franquelin, 1699, Bibliothèque et archives Canada

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Travaux et réalisations des membres de l’IPAC : le LARC

LarcA
Dirigé par Serge Lacasse, membre de l’IPAC, le Laboratoire audionumérique de recherche et de création de la Faculté de musique de l’Université Laval (LARC) est un instrument de travail exceptionnel, dont les possibilités servent de façon parfaite dans l’accomplissement de recherches dans le domaine musical, mais aussi dans le champ patrimonial. D’autres membres de l’IPAC profitent d’ailleurs de ces installations pour mener différents travaux scientifiques.

 

Tanya Tagaq, chanteuse inuite

C’est en septembre 2013 que l’équipe dirigée par Sophie Stévance, accompagnée de Gérald Côté et Serge Lacasse, tous membres de l’IPAC issus de la Faculté de musique, a eu l’honneur d’accueillir l’artiste Tanya Tagaq en compagnie de son musicien et réalisateur Jessie Zubot, qui ont accepté TagaqAl’invitation de venir mixer au LARC le troisième album de la chanteuse inuite. Ce projet préliminaire de recherche, financé par une subvention de démarrage de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique, a permis d’établir pour une première fois un contact intense avec des artistes sur une durée de deux semaines. Les chercheurs ont pu alors recueillir de nombreuses données ethnographiques sur les composantes culturelles et patrimoniales qui accompagnent le processus de création en studio des artistes. La recherche permettra de comprendre comment Tagaq a modifié certains paramètres de la forme traditionnelle du katajjaq et comment son art musical et scénique se situe par rapport aux discours identitaires et culturels de la génération émergente autocthone.

 

 

 

 

 

Transmission de la chanson québécoise

La-Bolduc-2A

 

 

Le projet de recherche-création « Remixer la chanson québécoise », réalisé sous la direction de Gérald Côté, porte sur les chansons enregistrées durant la première moitié du XXe siècle. Dans un but de revitalisation du patrimoine sonore du Québec, un album de remixes de chansons sera produit, notamment grâce à la collaboration du doctorant Yannick Lapointe et du conteur bien connu Michel Faubert. Le projet vise aussi à mieux comprendre les motivations des remixeurs et le rôle qu’ils jouent dans la transmission dynamique de ce corpus musical important du patrimoine immatériel québécois.

La-BolducA

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

École d’été de l’IPAC 2014 (juin 2014)

Logo Horizontal - Petit - Fond Blanc - Avec titre

musique [Converted]

 

 

 

 

 

MNBAQ-BOICRM

 

 

 

 

 

 

 

École d’été 2014 de l’Institut du patrimoine culturel
de l’Université Laval

 

Patrimoines artistiques de l’humanité
MUS-4025 (1er cycle) et MUS-7025 (2e et 3e cycle)

du 1er au 7 juin 2014
Musée national des beaux-arts du Québec, Parcs des Champs-de-Bataille,
Québec (entrée par l’avenue Wolfe-Montcalm)

Gérald Côté, Serge Lacasse et Sophie Stévance, professeurs responsables

En collaboration avec la Faculté de musique, l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique
et 
le Musée national des beaux-arts du Québec

 

Pour la quatrième édition de son école d’été, l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval propose aux étudiants des trois cycles de toutes les facultés une exploration du patrimoine culturel mondial. Préparé par une équipe de professeurs de la Faculté de musique, le cours Patrimoines artistiques de l’humanité donnera l’occasion aux participants de prendre connaissance des différentes formes (musique, danse, oralité) que peuvent prendre l’expression du patrimoine artistique de quelques régions du monde (Asie, Afrique, Moyen-Orient et Antilles-Amérique). Par des conférences et des ateliers créatifs, les étudiants seront amenés à réfléchir et expérimenter avec des créateurs provenant de ces cultures.

Aucune connaissance théorique ou pratique en musique n’est requise.

 

Dans la foulée de la mondialisation, les cultures s’entrecroisent sans toutefois nécessairement se comprendre. C’est dans ce contexte que les étudiants participeront à une série d’activités visant le développement d’une compréhension plus approfondie des patrimoines artistiques de l’humanité. Ces derniers sont pluriels parce que les cultures le sont aussi. Enracinés dans le passé, tout en étant bien intégrés dans le monde contemporain, ces  héritages nous parlent et nous révèlent ce que nous sommes en tant qu’individus appartenant à une collectivité en mouvement. Les patrimoines sont des sources qui, en se déployant, deviennent des rivières traversant le temps et l’espace, ramassant et mélangeant tout ce qui se trouve sur leur passage.  À l’aide de cours-conférences, d’ateliers créatifs et de concerts thématiques, cette semaine intensive offrira une occasion unique d’entrer en contact avec plusieurs cultures du monde, de manière à les comprendre pour mieux en saisir l’essence.  

L’École d’été consiste en un cours intensif de 3 crédits et 45 heures réparties sur 7 jours du dimanche 1er juin au samedi 7 juin. Il est destiné au étudiants des 1er, 2e et 3e cycles universitaires. Il est possible de s’inscrire à titre de stagiaire étudiant (étudiant québécois non inscrit à des crédits ou étudiant étanger non inscrit à des crédits) ou stagiaire professionnel. Le cours est donc ouvert aux professionnels des arts de la scène du secteur public ou privé venant du Canada et de l’étranger. Tous les enseignements seront dispensés en français.
À la fin du cours, les participants seront en mesure de :
1. De faire le point sur leur propre perception des cultures artistiques du monde, qui sont de plus en plus largement connues grâce à l’Internet et aux autres médias électroniques. Parce que ces cultures se croisent et se moulent à des modèles internationaux qui sont diffusés à grande échelle, il est indispensable d’en identifier les sources avant de s’engager dans toute forme d’interprétation des phénomènes liés à la globalisation. Cet objectif du cours vise ainsi à identifier les éléments profonds des patrimoines artistiques.
2. Une fois ces sources identifiées, l’objectif est d’offrir aux étudiants des connaissances nécessaires à une compréhension plus profonde des cultures et de leurs patrimoines artistiques. Pour ce faire, nous proposons une approche holistique capable de relier entre elles les différentes pratiques artistiques d’une culture en particulier, en vue de la reconstruction du réseau de signification appartenant à cet espace social distinct. Dans cette perspective, l’objectif du cours  est de mettre en contexte et de comparer des cultures de l’Est asiatique, de Bali et de l’Inde, du Moyen-Orient, de l’Afrique et finalement des Antilles et de l’Amérique du Nord.
3. Une fois ce cheminement terminé, l’objectif est de réfléchir sur le monde autrement que par l’attrait de ses nouvelles fonctions contemporaines comme la résistance sociale, la fabrique d’identité spontanée ou la motivation mercantile. À la lumière des activités de cette semaine intensive s’amorcera une réflexion mieux éclairée sur les différents patrimoines artistiques de l’humanité, car ces derniers peuvent nous révéler ce que nous sommes en tant qu’individus appartenant à une collectivité en mouvement.

 

Évaluation
Les étudiants inscrits au cours pour les crédits seront évalués. L’évaluation portera sur la synthèse des connaissances acquises durant les présentations faites aux étudiants (50%). Il y aura aussi évaluation des activités créatives (50%).

Les étudiants de 2e et 3e cycle seront évalués suivant des exigences spécifiques aux études supérieures. Les stagiaires étudiants et professionnels qui ne souhaitent pas être évalués n’auront pas à remettre le travail écrit.

 

Tarifs
Ce sont les frais de scolarités habituels pour les étudiants inscrits à l’Université Laval et pour ceux inscrits dans d’autres universités québécoises, grâce à une entente interuniversitaire de la CREPUQ.

Pour les stagiaires étudiants (québécois et étrangers), un montant de 650$ est exigé.
Pour les stagiaires professionnels, un montant de 850$ est exigé.

 

S’inscrire
Comme le nombre de places est limité à 25, les étudiants désirant suivre le cours doivent réserver leur place par courriel auprès de l’IPAC en mentionnant leur programme et leur numéro de dossier (ou leur université pour les étudiants hors-Laval).

Les étudiants de l’Université Laval doivent s’inscrire sur Capsule. Les NRC sont 56683 pour le cours MUS-4025 et 56696 pour le cours MUS-7025.
Les étudiants des autres universités québécoises peuvent s’inscrire dans leur propre institution grâce à une entente du Bureau de coopération interuniversitaire.

Les stagiaires étudiants et professionnels doivent s’inscire par courriel en ayant soin de joindre un court C.V. Ils devront faire parvenir au bureau de l’IPAC avant le début du cours un chèque à l’ordre de Université Laval pour le montant qui s’applique.

 

Hébergement
Les participants doivent trouver eux-mêmes un logement pour la durée du cours. Les repas sont à la charge des participants et se prendront sur place ou dans les restaurants à proximité du Musée national des beaux-arts.

 

Nous joindre
Pour toute information, contactez :
Jean-François Plante, 656-2131, poste 13855
ou
ipac@ipac.ulaval.ca

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Activité complémentaire de l’école d’été de l’IPAC (juin 2014)

 

L’IPAC vous invite à cinq concerts exceptionnels dans le cadre de son école d’été 2014

 

Concerts-IPAC-A

 

Les concerts sont donnés à l’auditorium du MNBAQ
Prix d’entrée : 10 $ chaque concert (étudiants et Membres : 5 $)

 

Lundi 2 juin, 19 h 30

Une musique, une philosophie et un art qui embrasse la nature
SOIRÉE ASIATIQUE AVEC L’ENSEMBLE MATSU TAKÉ

Kayo Yasuhara, danse, chant et shamisen (luth à trois cordes)
Yumiko Kanao, koto (cithare sur table)
Émiko Toguchi, koto
Michel Rakumon Dubeau, shakuhachi et shinobué
Bruno Deschênes, shakuhachi
Ignatius Kim, taïko (tambour japonais)

 

Mardi 3 juin, 19 h 30

Une parole sacrée, une musique ornée
SOIRÉE DU MOYEN-ORIENT

Miad Sabery, tonbak
Arash Shahriary, santour
Anoush Moazzeni, piano et voix

 

Mercredi 4 juin, 19 h 30

Une musique, son attitude artistique et sa cosmogonie
SOIRÉE INDIENNE

Aditya Verma, sarod
Hindole Majumdar, table

 

Jeudi 5 juin, 19 h 30

Une musique qui parle
SOIRÉE AFRICAINE

Doussou Koulibaly, chant et kamalé n’goni

 

Samedi 7 juin, 19 h 30

Un héritage rythmé qui s’entend
SOIRÉE AMÉRICAINE ET ANTILLAISE

Roberto Vizcaino, percussions
Roberto Junior Vizcaino, percussions

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

L’IPAC et son directeur parmi les lauréats de l’Hommage aux innovations sociales
de l’Université Laval (avril 2014)

Prix-InnovationsA

 

L’Hommage aux innovations sociales est une nouvelle activité de reconnaissance qui a pour but de souligner les succès et le rayonnement d’innovations sociales développées par des membres de la communauté universitaire en collaboration avec des milieux utilisateurs. Cette activité a pour but de donner à l’innovation sociale un statut et une reconnaissance comparables à ceux de l’innovation technologique afin de souligner sa contribution tout aussi importante à l’avancement et au mieux-être de notre société. Par cet hommage, l’Université Laval souhaite donc reconnaître les innovations sociales développées par ses membres, qu’il s’agisse d’innovations réalisées dans le cadre d’un projet de recherche, d’intervention ou de développement, avec un ou plusieurs partenaires.

 

Suite aux délibérations du jury qui a analysé les dossiers reçus, le projet Patrimoine culturel et tourisme créatif à Saint-Jean-Port-Joli proposé par M. Habib Saidi a été retenu parmi les projets ayant le plus contribué au rayonnement social du travail accompli par les membres de l’Université Laval. En plus de l’Institut du patrimoine culturel, M. Saidi avait comme partenaires le Musée de la mémoire vivante de Saint-Jean-Port-Joli et l’Office du tourisme de la MRC de l’Islet. Le projet vise à implanter dans les pratiques du milieu le concept de tourisme créatif. Cette nouvelle forme de tourisme culturel permet aux touristes de vivre une expérience authentique en participant à des ateliers où ils peuvent créer une oeuvre en compagnie des artistes de la région.

 

ScluptureATissageA

HeppellA

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Les travaux de Laurier Turgeon et son équipe de nouveau en vedette aux Mérites du français
dans les technologies de l’information (mars 2014)

 

Après avoir décerné un prix en 2011 à l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française, le jury des prix du Mérites du français a reconnu une fois de plus la qualité des productions de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique. L’application mobile Découvrir Québec, que la chaire a développée pour la Ville de Québec, a reçu le prix Mérite du français dans les technologies de l’information dans la catégorie Solutions mobiles. Cette application disponible en version pour iPhone, iPad et Android permet aux utilisateurs permet de découvrir une centaine de points d’intérêt de Québec au moyen de vidéos, photos, témoignages audio, sans compter les reconstitutions 3D de sites disparus et les panoramas en 360 degrés. Pour plus de détails, voir le communiqué de presse ci-dessous.

Place-RoyaleA SeminaireA

 

Prix Mérite français

______________________________________________________________________________________________________________________________

 


Activité soutenue par l’IPAC (mars 2014)

 

Logo-RDEP-A

 

Table ronde « L’insertion professionnelle dans les petits et moyens musées »

 

Avec
Joanne Timmons et Émilie Levasseur, Moulin des Jésuites de Charlesbourg
Louise Lainesse, Village des défricheurs, Saint-Prosper de Beauce
Annie Breton, Musée de Charlevoix, La Malbaie

 

Le 20 mars 2014 de 13h30 à 16h30 au Moulins des Jésuites de Charlesbourg,
7960, boul. Henri-Bourassa (face au terminus Charlesbourg).

Un cocktail suivra. Inscription par courriel jusqu’au 17 mars à rdep.ulaval@gmail.com

 

Dans le cadre de ses activités, le Regroupement des diplômé(e)s en études patrimoniales (RDEP) présente son activité annuelle qui portera sur l’insertion professionnelle dans les petites institutions muséales. Au cours de cette activité, nous nous intéresserons plus particulièrement aux réalités propres à ces musées souvent méconnus du public. Ceux-ci font face à de nombreux défis tout en faisant preuve d’un dynamisme effervescent. Ces petits musées offrent une variété de postes auxquels le profil des diplômés des sciences historiques pourraient correspondre. Nous aurons alors l’occasion de réfléchir sur les différents emplois offerts par ces institutions. Nous aurons aussi la possibilité de relever les points forts et faibles de ces musées. Les participants seront ensuite invités à prendre part à une discussion sur les thèmes de la table ronde.

Cette table ronde est rendue possible grâce à la collaboration de l’Institut du patrimoine culturel, du Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la culture et de l’Association des étudiant(e)s en sciences historiques et études patrimoniales.

 

Le RDEP existe depuis maintenant trois ans. Sa création visait à assurer la reconnaissance professionnelle des diplômé(e)s en études patrimoniales en faisant la promotion de leur savoir-faire interdisciplinaire, de façon à ce qu’ils soient considérés comme des acteurs légitimes de leur domaine de compétence. Chaque année, le RDEP organise une activité (conférence, table ronde, présentation) permettant de mettre en relation les diplômés des différents programmes d’études patrimoniales et historiques de l’Université Laval avec les professionnels du milieu culturel et patrimonial. 

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________



Laurier Turgeon en conférence à l’Institut Technologies de l’information et Sociétés (février 2014)

 

ITIS-A

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

Deux membres de l’IPAC publient un livre (déc. 2013)

 

 

 

Pour plus d’informations, voir la page http://www.pulaval.com/produit/les-enjeux-de-la-recherche-creation-en-musique-institution-definition-formation

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Activités de l’IPAC – Décembre 2013

 

Conférence de Habib Saidi à l’Université de Californie à Berkeley

 

Conf. H. Saidi Berkeley

 

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Activités de l’IPAC – Novembre 2013

 

Conférence de Mondher Kilani à l’Université Laval

 

conference Kilani

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Séminaire de l’IPAC – Hiver 2014

 

Le patrimoine culturel de la Nouvelle-France

Professeur : Paul-André Dubois

Séminaire de 2e et 3e cycle, Hiver 2014

GPL-7902 : 3 crédits (NRC : 16882)  ou  GPL-7903 : 6 crédits (NRC : 16883)

 

Les rencontres se tiendront le mercredi de 12h30 à 15h20.

 

Contenu

Capitale de la Nouvelle-France, Québec est largement dotée de témoins matériels de la période coloniale française en Amérique. Fortement associée au discours des institutions civiles et religieuses sur elles-mêmes, la notion de patrimoine, sans cesse invoquée de nos jours, suscite plus que jamais de nombreuses questions. Au départ, la constitution d’un patrimoine (du latin patrimonium « héritage du père ») répondait à plusieurs impératifs institutionnels, dont celui de reconstruire sa propre cohérence vers le passé à travers la sacralisation d’écrits, d’objets et de bâtiments associés à la période de fondation. Désormais, la mise en patrimoine répond à d’autres besoins essentiels, dont celui d’inscrire de manière durable dans la mémoire collective québécoise le souvenir d’institutions en déclin. La constitution de lieux de mémoire est là pour l’illustrer. Ce séminaire propose donc une exploration de la notion de patrimoine en regard de l’espace-temps « Nouvelle-France » en se penchant autant sur les différentes expressions du patrimoine matériel et immatériel associées à cette période que sur les processus de patrimonialisation en œuvre d’hier à aujourd’hui.

 

Objectifs

1. Explorer les différentes facettes du patrimoine de la Nouvelle-France ;

2. S’interroger sur la notion de patrimoine en regard de l’espace-temps « Nouvelle-France »

3. Se pencher sur les processus de patrimonialisation en œuvre d’hier à aujourd’hui.

 

Fonctionnement

Des exposés magistraux seront présentés par le professeur et par des spécialistes invités. La contribution des étudiants est centrale puisqu’ils sont appelés à participer aux débats et à présenter des exposés oraux. Des rencontres individuelles avec le professeur permettront aux étudiants de faire le point sur leur travail final.

 

Évaluation

Travail écrit : 60%

Présentation orale : 25%

Participation : 15%

 

Bibliographie

Une bibliographie sera remise avec le plan de cours. Selon les règles de l’Université Laval, jusqu’à 20% des points peuvent être perdus pour des manquements à la grammaire française. De plus, comme il n’est toléré aucune forme de copie ou d’emprunt de l’oeuvre d’autrui, les étudiants doivent citer leurs sources.

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Activités de l’IPAC – Novembre 2013

 

Haiti

 

 

 

 

Table ronde  Art, culture et reconstruction

 

Animée par
Laurier Turgeon, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et directeur du Laboratoire d’enquête ethnologique et multimédia de l’Université Laval

 

Avec
Michaëlle Jean, envoyée spéciale de l’UNESCO à Haïti
Erol Josué, directeur du Bureau National d’Ethnologie à Haïti
Rodney Saint-Éloi, écrivain, fondateur et directeur général des Éditions Mémoire d’encrier

 


Dans une situation post-catastrophe, comment l’art et la culture peuvent-ils être des éléments favorables à la reconstruction d’un pays comme Haïti ?

 

 

 

 

 

 

mercredi 13 novembre 2013 à 19 h 30

Auditorium Roland-Arpin du Musée de la civilisation       85, rue Dalhousie, Québec

Admission : 6 $; Étudiants et AbonnéEs du Musée : 4 $     Réservations requises au 418 643-2158

Présentée dans le cadre du 25e anniversaire du Musée de la civilisation organisée conjointement avec l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval

et la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique de l’Université Laval, en collaboration avec la Faculté des lettres et des sciences humaines

de l’Université Laval.

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Activités de l’IPAC – Octobre 2013

 

Dans le cadre de l’événement Come To My Home à Marrakech (Maroc) du 10 au 16 octobre 2013

Les Villes Créatives 

Journée d’étude des Ateliers de l’oliveraie

Le 14 octobre 2013, de 9h30 à 16h00  

Animée par

Habib Saidi, directeur de l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval
Driss Alaoui Mdaghri, président des la Fondation des cultures du monde

 

Le concept de « Villes Créatives » mis a l’honneur depuis quelques années, notamment depuis que l’urbaniste américain Richard Florida en a popularisé l’utilisation, avec ses écrits sur les classes créatives, fait partie de ces concepts qui voyagent rapidement dans une planète quasi totalement interconnectée. Qu’il soit un slogan appelé, ici et là, à la rescousse pour attirer les touristes ou un outil de communication pour promouvoir l’attractivité économique de telle ou telle ville, ou encore, une réalité culturelle et artistique ancrée dans la vie de tous les jours de telle ou telle autre, il est indéniable qu’il interpelle tous ceux pour qui la ville est un objet majeur de leurs réflexions, études ou activités.

Décideurs nationaux et locaux, urbanistes et architectes, entreprises et institutions de tous ordres, éducatives notamment, sont concernés par un sujet aux dimensions multiples et dont l’actualité est indéniable. La journée d’études projetée a l’occasion de la tenue à Marrakech de l’événement « Come To My Home », ville patrimoniale et creuset de traditions séculaires profondément enracinées dans le quotidien des habitants, se veut l’occasion d’un débat utile, dont l’actualité est certaine, autour du concept de « Villes Créatives » dans une cité qui passe pour être l’une des plus visibles en la matière au cours de ces dernières années dans la Région méditerranéenne. Cela conduit, nécessairement, à s’interroger sur le prix de cette visibilité, ainsi que sur les résultats obtenus et sur l’impact produit sur le tissu social et humain de cette ville millénaire, en tant qu’exemple représentatif de ce type de modèles.

Le principe des tables rondes et journées d’études des Ateliers de l’Oliveraie qui se tiennent lors de chaque édition de « Come To My Home » est fondé sur un échange libre à travers la relation d’expériences vécues permettant d’analyser le thème choisi, de l’examiner sous divers angles ( économique, social, culturel, artistique) pour en circonscrire la pertinence non seulement du point de vue académique, dans la mesure où il peut offrir un champ de recherche fécond, mais également du point de vue opérationnel, dans la mesure où il peut constituer pour les décideurs publics et privés un guide et un outil d’action intéressants pour les politiques qu’ils mettent en oeuvre et les décisions qu’ils prennent.

Les participants à la journée d’études, au nombre d’une trentaine venant d’horizons et de pays différents (Maroc, France, Italie, Espagne, Canada, Etats Unis….) discuteront de manière informelle et libre des différents aspects liés à cette question à partir des données introductives que poseront les professeurs Driss Alaoui Mdaghri (Président de la Fondation des Cultures du Monde) et Habib Saidi (directeur de l’Institut du Patrimoine Culturel, Université Laval), animateurs du débat, selon les axes suivants :

1) Définition du concept de « Villes Créatives » et conditions de leur existence et viabilité dans la durée.

2) Traditions, Innovation et créativité dans les villes patrimoniales.

3) Impacts économiques et socio-culturels des Villes Créatives.

4) Place de la créativité artistique dans les cités post-touristiques.

Chacun de ces axes sera introduit par un participant en une quinzaine de minutes pour laisser suffisamment de temps aux échanges. La relation de cas concrets sera particulièrement privilégiée avec les témoignages locaux et internationaux que feront les participants. Si le format choisi pour cette journée d’études ne prévoit pas des communications formelles préalables, mais surtout des propos articulés et libres, les participants qui désirent distribuer des documents écrits ou des supports audio-visuels, sont encouragés à le faire. Ces apports ainsi que les minutes des débats constitueront autant de matériaux pour une publication ultérieure.

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Deux nouveaux membres se joignent à l’équipe de l’IPAC (sept. 2013)

 

Côté-Stévance

 

La direction de l’IPAC est heureuse d’annoncer que deux professeurs viennent de joindre les rangs de l’Institut. Gérald Côté, professeur invité à la Faculté de musique, et Sophie Stévance, professeur adjointe à cette même faculté, viennent ainsi élargir l’horizon facultaire de l’Institut et permettront d’aborder de nouveaux aspects du patrimoine culturel. Nul doute que leurs travaux vont élargir le point de vue que l’Institut propose à tous ses membres et à la communauté scientifique en général. Pour en savoir plus sur les domaines de recherche de ces deux nouveaux membres, nous suggérons aux lecteurs de consulter leurs pages web sur le site de l’Université Laval.

Pour Gérald Côté : http://www.mus.ulaval.ca/notice.php?id=126

Pour Sophie Stévance : http://www.mus.ulaval.ca/notice.php?id=135

Haut de page