À PROPOS

L’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval a pour mandat de favoriser le développement des études et de la recherche dans le champ de la conservation, de la transmission et de la promotion du patrimoine culturel du Québec et de l’Amérique française.

Sa programmation scientifique permet à ses membres de faire connaître leurs travaux et ceux de leurs étudiants au moyen de rencontres spécialisées, de collaborations internationales et de publications sur papier ou électroniques.

Consultez les statuts et rapports annuels ici : Rapports annuels | Statuts

Notre mission

L’IPAC a pour mission de favoriser le développement harmonieux des activités de recherche, de formation et d’intervention dans le champ des études sur le patrimoine culturel. Il vise à créer un lieu intégrateur, sur le plan intellectuel, organisationnel et physique, de portée régionale, nationale et internationale, dédié au patrimoine culturel.

Nos objectifs

1. Stimuler et appuyer le développement des études sur le patrimoine à l’intérieur des programmes de formation, attirer les étudiants vers ce champ d’études.

2. Contribuer au renouvellement des connaissances sur le patrimoine en privilégiant une approche multidisciplinaire et transdisciplinaire ;

3. Favoriser la collaboration entre les équipes de recherche existantes, ainsi que l’émergence de nouvelles équipes de recherche et de nouveaux projets ;

4. Susciter la concertation et la collaboration avec les universités et les institutions publiques et privées, par le biais de projets conjoints structurants ;

5. Développer la recherche appliquée en patrimoine en collaboration avec les communautés et organismes locaux, régionaux et nationaux ;

6. Améliorer la visibilité des études sur le patrimoine et faciliter ainsi l’obtention de contrats et de subventions d’infrastructure et de recherche ;

7. Diffuser les connaissances sur le patrimoine et sensibiliser la population à son importance et à sa richesse ;

8. Faciliter la concertation avec les multiples instances qui ouvrent dans le champ du patrimoine, au Québec, au Canada et dans le monde : communautés urbaines, municipalités, ministères, musées, centres d’interprétation, centres d’archives, organismes non gouvernementaux (ONG), et organisations internationales telles l’UNESCO, l’AUF, etc.

Notre équipe

Habib Saidi / Directeur

Ethnologue de formation, Habib Saidi est professeur titulaire au département des sciences historiques de l’Université Laval où il a été directeur des programmes d’études en ethnologie et patrimoine. Ses recherches portent sur l’interaction du couple patrimoine/tourisme, plus précisément sur l’insertion de ce binôme dans les processus de revendications identitaires à l’échelle locale et globale. Il s’intéresse également aux nouvelles formes d’hospitalité et de créativité culturelle et touristique dans les villes du patrimoine mondial ainsi que dans les capitales du tourisme international. Il dirige actuellement un projet de recherche financé par le Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada et qui porte sur les deux villes de Québec et de Tunis.

Habib Saidi a publié des articles majeurs en français et en anglais dans les meilleures revues de ses domaines d’études : Ethnologies, Anthropologie et Sociétés, Ethnologie française, The Journal of North African Studies, Journal of Tourism and Cultural Change, Current Issues in Tourism, Archivio Anthropologico Mediterraneo, Anatolia : International Journal of Tourism and Hospitality Research. Il a aussi dirigé un numéro thématique de la revue Ethnologies sur le Tourisme culturel (2010, vol. 32, no 2). La collection Patrimoine en mouvement compte maintenant un livre intitulé Capitales et patrimoines à l’heure de la globalisation, que M. Saidi a publié en collaboration avec Sylvie Sagnes du CNRS (France).

Jean-François Plante / Adjoint au directeur

Jean-François Plante est diplômé de l’Université Laval où il a reçu un doctorat en ethnologie pour ses travaux portant sur la symbolisation au moyen de la musique et du sonore, et ayant comme objet les fonctions symboliques des musiciens militaires dans l’espace sonore, social et rituel de la Nouvelle-France. Sa thèse a montré que la colonie du Canada était touchée comme les provinces française par la ritualité monarchique et que ses habitants pouvaient eux aussi imaginer le Roi.

Parmi les articles qu’il a publiés, notons « L’instrument de musique amérindien dans l’Est de l’Amérique du Nord : facture, usages et changements, des contacts à 1800 » (Revue d’histoire de la culture matérielle, volume 61, 2005) et « Cloches, résonances et émotions : aspects méconnus du patrimoine immatériel » dans Patrimoines sensibles : mots, espaces, pratiques, dir. Vincent Auzas et Van Troi Tran (Presses de l’Université Laval, 2010). Il a aussi contribué à Les bas-choeurs d’Auvergne et du Velay : le métier de musicien d’église aux XVIIe et XVIIIe siècles, dirigé par Bernard Dompnier (Presses universitaires Blaise-Pascal, 2010), par son article « François Dumontsard et la Nouvelle-France : parcours d’un musicien auvergnat sur deux continents au XVIIe siècle ». Avant de prendre ses fonctions à l’IPAC, il terminait un stage post-doctoral à la chaire Fernand-Dumont de l’INRS-Urbanisation, culture et société, où ses travaux portait sur l’identité et ses éléments transmis socialement. Il a alors développé le concept de référence sonore à partir de la notion de référence du sociologue québécois Fernand Dumont.

Fonctionnement

L’Institut du patrimoine culturel est le fruit de la concertation de 4 facultés de l’Université Laval : la Faculté des lettres et des sciences humaines, la Faculté d’aménagement, d’architecture, d’art et de design, la Faculté des sciences sociales et la Faculté de théologie et de sciences religieuses ainsi que du vice-rectorat à la recherche et du vice-rectorat aux études. Les représentants de ces instances composent, avec le directeur de l’Institut, son comité de concertation.

La programmation scientifique est élaborée par le directeur et le comité de direction, avec la collaboration d’un prestigieux comité scientifique international regroupant des spécialistes de renom dans diverses disciplines.

Comité de concertation

Le comité de concertation est composé du doyen de chacune des facultés fondatrices de l’Institut, ainsi que du vice-recteur à la recherche, du vice-recteur aux études et du directeur de l’Institut. Son mandat est de rassembler, autour d’une programmation d’activités conjointes de recherche, de formation et d’intervention, une équipe sans cesse renouvelée de chercheurs actifs et de nouer des liens solides avec les organismes externes tant au plan national que sur la scène internationale.

Comité de direction

Le comité de direction réunit cinq professeurs membres de l’Institut ainsi que deux étudiants des 2e et 3e cycles. En plus de leur obligations statutaires, ils assistent le directeur dans la planification des activités de l’IPAC et alimentent la réflexion sur de nouvelles avenues de recherche, notamment par la mise en commun des ressources externes à l’Institut à des fins d’enseignement.