MEMBRES ÉTUDIANT-ES

Les membres étudiant-es de l’IPAC sont inscrit-es à un programme de 2e ou de 3e cycles à l’Université Laval, à l’UQAM ou à l’UQAR et préparent une thèse ou un mémoire s’inscrivant dans le programme et la mission scientifique de l’institut.  Ils et elles sont dirigé-es ou codirigé-es par un-e membre régulier-ère ou associé-e de l’institut.

Nous invitons les membres étudiant-es de l’IPAC à remplir cette fiche de présentation et à nous la retourner par courriel (ipac@ipac.ulaval.ca).

 

AGHZERE, Oumayma
Maîtrise en anthropologie (UL), sous la direction d’Isabelle Henrion-Dourcy

Oumayma Aghzere est étudiante au programme de maîtrise en anthropologie à l’Université Laval. Elle est titulaire d’un master en anthropologie intitulé « Diversité culturelle et patrimoine » et d’un diplôme du cycle fondamental des sciences de l’archéologie et du patrimoine de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP, Maroc). Tout au long de son parcours, ses recherches ont porté sur les manifestations artistiques féminines au Maroc, notamment la poésie de tebraa au sud du Maroc et la hadra féminine de Chefchaouen. Aujourd’hui, dans le cadre de sa maîtrise, elle envisage, sous la direction d’Isabelle Henrion-Dourcy, l’art comme un moyen de préservation de l’identité en traitant le cas des artistes autochtones au Québec.

 

BLACUTT, Andrée-Anne
Doctorat en design et innovation sociale (UL), sous la direction de Serge Lacasse et Mir Abolfazl Mostafavi

Andrée-Anne Blacutt effectue un doctorat en design et innovation sociale à l’Université Laval. La recherche-création lui permet d’avancer sur une ligne ténue entre l’art, la science et le design afin d’étudier les enjeux de mobilité urbaine pour les personnes en situation de handicap. La direction de ce doctorat, Serge Lacasse de la Faculté de musique et Mir Abolfazl Mostafavi de la Faculté de géomatique, reflète le caractère multidisciplinaire de son approche. Son projet s’intitule « Design fiction : une promenade sensorielle virtuelle en contexte de transurdité dans un environnement bâti ».

 

BOUCHARD-MARCHAND, Antoine
Maîtrise en histoire (UL), sous la direction de Shenwen Li et Laurier Turgeon

Antoine Bouchard-Marchand est étudiant à la maîtrise en histoire à l’Université Laval. Il mène ses recherches sous la direction des professeurs Shenwen Li (dir.) et Laurier Turgeon (codir.). Ses travaux portent sur les représentations faites par les jésuites canadiens-français des pratiques alimentaires des Chinois de la région de Süchow durant la première moitié du XXe siècle. Il a signé jusqu’à maintenant deux publications. La première est un article dans la revue du GÉRAC. L’autre est un chapitre dans l’ouvrage Méconnaissance, connaissance, reconnaissance. Les relations de la Chine et de l’Occcident (16-21e siècle), dirigé par F. Laugrand, F. Mirguet & P. Servais. Ses intérêts touchent à l’histoire des rencontres interculturelles et à l’histoire alimentaire.

 

CISSE, Ibrahima
Doctorat en muséologie, médiation, patrimoine (UQAM), sous la direction d’Yves Bergeron

Ibrahima Cisse est titulaire d’un Master II en développement, spécialité Tourisme et Patrimoine culturel, de l’Université Senghor à Alexandrie et d’un Master universitaire Tourisme et Valorisation du Patrimoine de l’Université Mohammed Premier d’Oujda. Il a également fréquenté quelques écoles de commerce à Dakar et soutenu un mémoire de 3e cycle sur la diplomatie culturelle de l’État du Sénégal au CEDS de Paris, antenne régionale de Dakar. Ibrahima Cisse est actuellement doctorant en muséologie, médiation, patrimoine à l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse porte sur « la coopération internationale des musées publics sénégalais de l’époque postindépendance (1960-2025) ». Il travaille sous la direction d’Yves Bergeron (UQAM). Monsieur Cisse s’intéresse à l’action internationale des musées et ses intérêts de recherche tournent autour de la diplomatie culturelle. Il occupe présentement le poste de chef de la Division des arts et de la culture de la Ville de Dakar. 

 

DORCÉ, Ricarson
Doctorat en ethnologie et patrimoine (UL), sous la direction de Laurier Turgeon

Détenteur d’une licence en psychologie, d’un diplôme de premier cycle en droit et communication sociale, d’une maîtrise en histoire, mémoire et patrimoine ainsi que d’un diplôme de deuxième cycle en sciences du développement, Ricarson Dorcé est doctorant en ethnologie et patrimoine sous la direction de Laurier Turgeon. Ses recherches actuelles portent sur la participation communautaire, le tourisme communautaire et le patrimoine culturel immatériel. Sa thèse s’intitule « Le patrimoine culturel immatériel d’Haïti : ses mécanismes de sauvegarde et de mobilisation en contexte d’urgence ». Ses travaux sont publiés dans des revues et éditions en Haïti, au Québec et ailleurs.

 

FAJARDO, Liz Pamela
Maîtrise en ethnologie et patrimoine (UL), sous la direction de Laurier Turgeon

Détentrice d’un baccalauréat en folklore et ethnologie de l’Université Laurentienne, Liz Pamela Fajardo est actuellement étudiante à la maîtrise en ethnologie et patrimoine sous la direction de Laurier Turgeon. Son mémoire en cours de rédaction s’intitule « Le Festival du loup à Lafontaine – un modèle d’expression et de reproduction de l’identité collective franco-ontarienne ». Elle est passionnée par la réflexion sur le patrimoine et par sa découverte. Depuis l’année 2020, Liz Pamela a travaillé dans le cadre de la francophonie nord-américaine en étroite collaboration avec l’Université de Sudbury et la Société québécoise d’ethnologie.

 

FORTIER, Pascal
Doctorat en archéologie (UL), sous la direction de Habib Saidi, Michel Fortin et Francesco Cavatorta

En plus d’une formation archéologique, il possède aussi une formation en gestion d’organismes culturels et une formation en muséologie. Son projet de doctorat, intitulé « La protection du patrimoine au Moyen-Orient, vers une redéfinition plus proactive des mesures », vise à discuter de l’efficacité relative des diverses mesures de protection nationales (politiques culturelles) et internationales (Conventions) existantes. En marge de cela, ses intérêts portent aussi sur les questions de la réappropriation, de l’iconoclasme et du nationalisme culturel.

 

GAGNON, Étienne
Doctorat en ethnologie et patrimoine (UL), sous la direction de Habib Saidi

Détenteur de baccalauréats en traduction et en sciences historiques et études patrimoniales, Étienne Gagnon s’intéresse vivement au patrimoine comme espace de dialogue et de rencontre de l’altérité. C’est cet intérêt qui a justifié son entrée dans l’Unité mixte de recherche Capitales et patrimoines (UMRcp), et qui l’amène actuellement à poursuivre des études doctorales, sous la direction de Habib Saidi, sur la patrimonialisation du site Cartier-Roberval, à Cap-Rouge (Québec). Son projet de thèse, intitulé « Le patrimoine, un exercice commun? Une étude de la patrimonialisation du site Cartier-Roberval à travers la vision de ses acteurs », vise d’une part à développer les réflexions sur les mises en application des pratiques exemplaires de la patrimonialisation (notamment, la concertation et la participation des communautés, groupes et individus à un niveau local) dans des projets concrets. D’autre part, il s’interroge sur la capacité de projets patrimoniaux à rassembler ses parties prenantes et leurs discours, plutôt qu’à les opposer.

 

JEAN CLAUDE, Pierre Michelot
Doctorat en communication publique (UL), sous la direction de Charles Moumouni

Pierre Michelot Jean Claude poursuit des études de doctorat en communication publique à l’Université Laval depuis août 2020. Il s’intéresse au rôle des pratiques de communication publique dans la valorisation du patrimoine culturel dans une perspective de construction identitaire. « Communication patrimoniale et construction identitaire dans les pays du Sud », tel est le sujet du projet de recherche qu’il mène actuellement sous la direction du professeur Charles Moumouni de l’Université Laval.

 

LOUIS, Fritz-Gerald
Doctorat en muséologie, médiation et patrimoine (UQAM), sous la direction d’Yves Bergeron

Fritz-Gerald Louis est licencié en histoire de l’art et archéologie de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Titulaire d’une maîtrise en histoire, mémoire et patrimoine (UEH/Université Laval à Québec), Louis poursuit actuellement des études doctorales dans le domaine de la muséologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Ses recherches portent sur le patrimoine haïtien, notamment sur la culture matérielle du Musée du panthéon national haïtien (MUPANAH).

 

NADEAU, Alex
Maitrise en développement régional et territorial (UQAR), sous la direction de Daniela Moisa

Détentrice d’un baccalauréat en psychologie à l’Université de Montréal, ael s’intéresse aux enjeux d’inclusion et d’exclusion en région pour les personnes de la communauté 2SLGBTQIA+ dans le cadre de sa maîtrise. Ael explorera les dynamiques et spécificités territoriales de cette communauté entre les régions et les centres urbains. Dans une optique de transformation sociale, suite à cette recherche, sera réalisé un guide de bonnes pratiques inclusives s’adressant à divers acteurs du développement régional, capable de limiter l’exode rural, améliorer la qualité de vie de ces personnes dans leur région et guidant une pratique plus inclusive du développement régional.

 

NADEAU, Amélie
Maîtrise en histoire de l’art (UL), sous la direction de Marc Grignon

Détentrice d’un baccalauréat en histoire de l’art et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en muséologie, Amélie Nadeau est actuellement inscrite à la maîtrise en histoire de l’art sous la direction de Marc Grignon, spécialiste de l’histoire de l’architecture. Elle s’intéresse à travers ses recherches au processus de reconnaissance patrimoniale en se concentrant sur les églises de Québec construites entre 1925 et 1960 et caractérisées par un style architectural moderne. Le titre de son travail est « Sur les critères de reconnaissance patrimoniale – Les cas des églises modernes à Québec ». Amélie Nadeau se concentre à faire un état du patrimoine en identifiant la condition actuelle des églises formant son corpus tout en tentant de cibler les projets majeurs devant être considérés dans les futures entreprises de patrimonialisation.

 

NDIAYE, Aliou
Doctorat en ethnologie et patrimoine (UL), sous la direction de Laurier Turgeon et Jean-François Gauvin

Aliou Ndiaye est détenteur de quatre maîtrises : Cultural Diplomacy and International Relations à l’Université Babeș-Bolyai en Roumanie;  Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne en France; Master Materiali e tecniche per il recupero edilizio in area mediterranea à l’Université Federico II de Naples en Italie; Master en développement – spécialité Gestion du patrimoine culturel à l’Université Senghor à Alexandrie en Égypte et d’un diplôme universitaire du programme Erasmus Mundus Dynamics of Cultural Landscape, Heritage Memory and Conflictualities (DYCLAM+). Aliou a acquis une expérience professionnelle nationale et internationale à travers des stages au Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) de Rome, à la Direction du Patrimoine culturel du Sénégal et au Conseil départemental de Rufisque. Sa thèse s’intitule : « Le patrimoine mondial culturel au Sénégal entre diplomatie patrimoniale et développement local : quelle place pour les communautés ? Cas de l’île de Saint-Louis et le delta du Saloum ».

 

POMARÈS, Hélène
Maîtrise en ethnologie et patrimoine (UL), sous la direction de Laurier Turgeon

Détentrice d’un baccalauréat en folklore et ethnologie de l’Université Laurentienne, Hélène Pomarès effectue une maîtrise en ethnologie et patrimoine à l’Université Laval sous la direction de Laurier Turgeon. Elle rédige un mémoire intitulé « L’expertise des viticulteurs francophones de la péninsule du Niagara : adaptation et transmission du savoir-faire ». Originaire de la France, elle a d’abord immigré au Québec, où elle a réalisé que la découverte des nouvelles cultures la passionnait bien plus qu’elle ne l’imaginait. Après le Québec, elle a eu l’opportunité d’élargir ses connaissances culturelles en explorant l’Ontario. Elle a ainsi découvert trois nouvelles cultures : celles des francophones et des anglophones de l’Ontario ainsi que celle des Premières Nations situées près des Grands Lacs. Ce qui l’intéresse avant tout, ce sont les échanges interculturels et le fait de vivre en immersion au sein d’une culture.

 

RÉGIS, Wilguens
Doctorat en ethnologie et patrimoine (UL), sous la direction de Laurier Turgeon

Wilguens Régis a terminé ses études de premier cycle en philosophie et en droit à l’Université d’État d’Haïti. Détenteur d’une maîtrise en histoire, mémoire et patrimoine, il poursuit actuellement sa formation dans le programme de doctorat en ethnologie et patrimoine à l’Université Laval, sous la direction de Laurier Turgeon. Il rédige une thèse intitulée « De la construction de l’haïtianité à partir de la danse traditionnelle : étude de la fonction sociale des rites patrimoniaux Nago, Dahomey et Congo ».

 

RICHER, Iris
Doctorat en droit international (UL), sous la direction de Véronique Guèvremont et Yvonne Donders

Iris Richer est doctorante à la Faculté de droit de l’Université Laval, sous la direction de la professeure Véronique Guèvremont (Université Laval) et de la professeure Yvonne Donders (Université d’Amsterdam, Pays-Bas). Elle est détentrice d’une maîtrise en droits fondamentaux de l’Université Laval et du diplôme de l’Institut d’études politiques de Rennes en France. À la suite de l’obtention de sa maîtrise en 2019, elle a travaillé en tant que professionnelle de recherche auprès de la Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles (Faculté de droit, Université Laval) et en tant que coordinatrice de l’axe Arts, médias et diversité culturelle de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA). Son projet de thèse porte sur la protection du droit de participer à la vie culturelle dans l’environnement numérique et elle est récipiendaire d’une bourse doctorale dans le cadre du programme de Bourses d’appui à la relève de l’OBVIA.

 

SANTIAGO, Stefan
Maîtrise en musicologie (UL), sous la direction de Sophie Stévance

Originaire de l’Illinois, Stefan Santiago vient de commencer une maîtrise en musicologie avec mémoire en recherche-création sous la direction de Sophie Stévance. Musicien depuis longtemps, il est venu vers la musicologie pour mieux comprendre sa passion ainsi que le rôle joué par la musique dans la société. Sachant que la disparition des cultures régionales et autochtones est une menace réelle et actuelle à notre diversité humaine, il se consacre, dans sa musique et dans ses recherches, à la conservation du patrimoine oral et musical. Dans le cadre d’une activité de recherche dans son programme, il entend explorer en détail comment la musique agit comme un espace d’hybridation des langues, des identités et des styles. Surtout, il espère souligner comment la mise en scène sonore peut encourager cette hybridation par la manipulation de certains phénomènes linguistiques.

 

SARR, Ahmed Daouda
Doctorat en ethnologie et patrimoine (UL), sous la direction de Laurier Turgeon

Ahmed Daouda Sarr a effectué des études supérieures dans le domaine de la culture, du tourisme et des technologies numériques au Sénégal et en Égypte. Actuellement, il fait des études doctorales en ethnologie et patrimoine sous la direction de Laurier Turgeon. Ses intérêts de recherche portent sur le tourisme et la valorisation du patrimoine dans un contexte de développement local durable. Sa thèse s’intitule « Patrimoine et tourisme au Sénégal : mise en valeur du patrimoine mouride à l’ère du numérique dans la ville de Touba – discours, approches et défis ». Elle traite la problématique de la mise en valeur du patrimoine mouride et le développement du tourisme dans la ville de Touba par l’usage des technologies numériques.

 

VAILLANCOURT, Benoit
Doctorat en muséologie, médiation, patrimoine (UQAM), sous la direction d’Yves Bergeron et Pascale Bédard

Benoit Vaillancourt est doctorant en muséologie, médiation et patrimoine à l’UQAM sous la direction d’Yves Bergeron (UQAM) et la codirection de Pascale Bédard (UL). Il est titulaire d’une maîtrise en ethnologie et patrimoine et d’un baccalauréat en sciences historiques et études patrimoniales de l’Université Laval. Après des recherches sur les pratiques successorales en art populaire, il continue d’explorer les croisements entre le patrimoine, les arts visuels et les identités à l’échelle familiale et locale. Ses intérêts touchent à l’histoire culturelle, à la sociologie de l’art et à la culture matérielle.